SMart BE
Accès direct au contenu Accès direct à la navigation

Avant de s’interroger sur Comment faire vivre la communauté de coopérants, il convient de s’interroger sur la composition et le volume de celle-ci.

Le volume (65.000 membres) permet-il à tous de participer ?
Cette communauté couvre une forte pluralité et diversité de profils de coopérants : peut-être que ces profils devraient être hiérarchisés ? Et dans ce cas la question qui se pose : est-ce que tout le monde peut être coopérant ?

Comment impliquer les coopérants ?
Le constat de départ est que nombreux sont les membres qui ont recours aux services Smart sans vraiment connaître et encore moins adhérer au projet (cf. la communauté flamande qui a une vision utilitariste et fonctionnelle).
Or il est essentiel pour impliquer de créer/fédérer autour d’une vision commune, partage des valeurs (à définir pour y faire adhérer) et réaffirmer le projet dans sa perspective Politique. La communauté de coopérants est aussi une communauté d’intérêts, de sensibilités qui est en soit un énorme potentiel à découvrir ! Pour impliquer l’ensemble de cette communauté il faut clairement identifier le projet à bâtir.

Clarifier le processus de participation :
le principe de fonctionnement, le qui fait quoi, comment et avec quel objectif doivent être défini. Les contours des interventions de chacun doit etre précisé. En l’occurrence ce que l’on attend d’un administrateur.

Trois aspects sont alors soulevé :
- celui de la formation des coopérants-administrateur. Le risque associé au principe du 1 homme = 1 voix est de voir des personnes s’exprimer dans des domaines non maîtrisés.
- celle de la représentation ; « sommes-nous représentatif de… ? ou représenté par… ?

Ouvrir des canaux nouveaux d’implication / Renforcer l’information et l’écoute pour alimenter le débat, créer le lien. Il y a donc nécessité de partage d’info et de feedbacks de toutes sortes (satisfaction des membres notamment) pour faire vivre l’aventure. Création d’espaces de dialogue, d’occasions de rencontres, d’outils modernes (attention pas que des outils « froids « / via écran !), de nouvelles modalités relationnelles, cf. démocratie 2.0 pour la participation du plus grand nombre (cf un article du monde sur un cas où l’on légifère en ligne).

Est-ce possible de faire participer tout le monde ? L’Agora est citée comme bonne pratique.

Stabiliser des rêgles de fonctionnement et d’organisation.
En posant la question de la prise de décision, de la représentativité et de la participation (choix libre, en tournante, au hasard).

Nombre de visites:

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ? Se connecter
Votre message
Mots-clés :

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document