SMart BE
Accès direct au contenu Accès direct à la navigation

Introduction : L’Escaut, coopérative d’architectes

En ce 18 novembre, nous avons été accueilli par la coopérative d’architecte L’Escaut. Ces architectes-coopérateurs nous ont présenté l’objectif, le fonctionnement et l’organisation de la coopérative.
Un petit mot sur L’Escaut : en ce qui concerne les membres, il y en a 2 types : les associés-coopérateurs et ceux qui sont engagés via SMart. Les décisions de gestion quotidiennes se prennent par consensus lors de réunion hebdomadaire (des pow-pow), mais en cas de non consensus, seuls les coopérateurs ont pouvoir de trancher sur les projets qui peuvent compromettre la situation financière de la coopérative. Un conseil d’administration tournant de 3 personnes, élabore la stratégie et vision à long terme.

Lors de la deuxième réunion du groupe de travail "SMart, pour qui et avec qui ?", il a été question des types de coopérateurs dans le futur SMart, de la société dans laquelle s’inscrivent SMart et ses utilisateurs mais aussi d’attitudes à avoir face à certaines questions éthiques.

Trois questions-clés ont traversé les discussions du groupe de travail. Voyons, pour chacune d’entre elles sur quoi il y aura eu consensus et sur quoi il faudra encore s’interroger.

Est-ce que tous les membres/utilisateurs de SMart doivent devenir coopérateurs ?

Cela pose la question de comment passer de membres (aujourd’hui) à coopérateurs (demain). Autrement, comment susciter cet engagement ? Parce que oui, devenir coopérateur implique un certain engagement (cfr plus bas : engagement vis-à-vis de la société) et une participation à une prise de risque qui est collective.
A’t’on observé des clivages dans la discussion ?
Oui, pour certains, tous les utilisateurs devraient être coopérateurs, de façon à ce que SMart corresponde à un réel lieu de solidarités et égalitaire. Pour d’autres, on ne peut obliger tous les acteurs à devenir coopérateurs car il s’agit d’un engagement financier ET symbolique qui ne peut être forcé.
Nous n’avons donc pas conclu à un consensus sur le sujet car nous nous rendons compte qu’il doit être mis en relation avec d’autres éléments (économiques, gouvernance). Le sujet sera certainement encore abordé dans d’autres réunions.
C’est là qu’on se rend compte également des différences de profils économiques et d’intention des membres SMart : entre les porteurs de projets qui développent leur carrière et les utilisateurs "one shots", il y a un fossé et une foule d’autre profils qu’il faudrait mieux connaître.

Il est important que SMart continue ses activités (avec la facilité d’utilisation qu’elle propose aujourd’hui) tout en se positionnant de manière franche par rapport à l’évolution du marché du travail et de la société.

On a beaucoup parlé du fait que SMart doit soutenir tous ceux qui en ont besoin et promouvoir la participation (individuelle et collective) à la société  :
- par le paiement de cotisations sociales (contre les risques d’ubérisation). Par exemple, certains donneurs d’ordre ont à coeur de voir apparaître la part à l’emploi sur les factures.
- en étant un acteur qui met en avant les inadéquations légales en matière d’emploi (comme l’obsolescence du lien de subordination) et de protection sociale
- en créant de nouvelles solidarités moins rigides
- en continuant de conscientiser les membres à la durabilité de leurs pratiques, en les sensibilisant aux questions de moyens et longs termes (chômage, pension, etc..)
On se dit que SMart doit proposer cet accompagnement avec une réelle perspective (cfr les tests d’engagement en CDI, une réelle 3ème voie). Avant, le "statut d’artiste" était la carotte, aujourd’hui, il faut autre chose.
Tous allaient dans la même direction, il n’y a pas eu de réel clivage entre les participants.
On est carrément allé jusqu’à se dire que SMart, après avoir défendu le statut d’intermittent, devrait aujourd’hui se positionner par rapport au revenu de base (ou allocation universelle ou salaire à vie, mais c’est un autre débat).
On a posé la question linguistique et de communauté : faut-il garder une seule entité ou scinder selon les communautés linguistiques spécifiques à la Belgique ? On a conclu collectivement, que pour agir à différents niveaux (local, régional, national, européen), l’important est de trouver les bons relais qui partagent des mêmes visions.
Selon, un des participants, par sa taille et ses objectifs, SMart rentre dans une logique d’équipement, c’est-à-dire qu’elle permet aux coopérateurs de devenir co-fondateurs de nouveaux outils/services dans des domaines autres tels que le logement, les espaces publics (cfr les espaces de travail Creatives Spots) et ainsi créer/faciliter de nouvelles solidarités.

Quoi qu’il en soit, SMart doit être dans un état permanent de réflexion, un brainstorming continu sur ses actions et ses outils (car tout va très vite dans la société aujourd’hui) et étudier son impact pour évoluer en concordance avec les besoins de ses utilisateurs. Cette réflexion (se basant sur la valeur de base de SMart) doit faire partie intégrante du fonctionnement SMart, impliquer les différentes parties prenantes de la smartosphère (membres, conseillers, DO, partenaires) ainsi qu’être acté régulièrement (AG annuelles). Voici l’une de nos premières réelles recommandations pour l’avenir de SMart.

Où placer le curseur des activités admissibles chez SMart ? 2 indicateurs : la légalité et la déontologie.

On a besoin d’adapter les outils pour pouvoir répondre aux différents besoins. SMart doit également adapter la formation des conseillers/accompagnateurs pour pouvoir répondre à tous les métiers et les orienter au mieux.
Le modèle de Grands Ensemble (que le groupe visitera en janvier) semble être une bonne piste. Chez GE, la culture est clairement l’accompagnement d’entrepreneur, quelle que soit son activité. SMart doit grandement modifier cette vision en interne.
On reconnait qu’il faut laisser la place à des sections professionnelles aussi au sein de SMart, afin que ceux qui partagent une même profession et travaillent dans le même secteur puissent se rencontrer et échanger.
Pour répondre à la question déontologique/morale/éthique, on préconise la mise en place d’un conseil d’éthique (qui intègre les différentes parties prenantes : des membres, des permanents, des donneurs d’ordre, des partenaires). Ceci est la deuxième recommandation de notre groupe de travail.

En conclusion, l’engouement pour le potentiel de la coopérative qui offrirait des services supplémentaires, des échanges, la participation démocratique des utilisateurs et surtout la réflexion sur l’évolution de la société était encore une fois palpable.

*********

Personnes présentes

Date : 18/11/2015

Lieu : Coopérative d’architecte L’Escaut, 60 rue de l’Escaut à 1080 Molenbeek-Saint-Jean

Rédacteurs : Sarah de Heusch et Sophie Bodarwé (Smart)

Etaient présents :

Coordinateurs de groupe et administrateurs référents :
Serge Goldwicht– Membre du conseil d’administration et plasticien
Julek Jurowicz - Membre du conseil d’administration et fondateur de SMart
Sophie Bodarwé – Chargée de Développement Territorial - Smart

Membres :
RolandPauwels (Anvers) – Artiste théâtre de rue, photographe, graphiste
MarieCarracedo (Liège) – Personnalisation de meubles chinés.
Christopher Daley (Bxl) - Audiovisuel, réalisateur

Donneur d’ordre :
Matteo Segers (Bxl) -Directeur de l’Association des Centres Culturels (FWB)

Employés SMart :
Astrid Marlière (Bxl) - Conseillère SMart
Hélène Daheux (Bxl) – Conseillère SMart
Ingrid Ingelrahm (Bxl) – Comptable SMart
Sarah de Heusch (Bx) - Chargée de projet SMart

Nos hôtes de la coopérative L’Escaut :
Olivier Bastin - Architecte coopérateur et fondateur
Michael Bianchi - Architecte coopérateur
David Crambert - Architecte utilisateur de Grands Ensemble
Encore merci à eux pour l’accueil et les avis éclairés et enthousiastes sur le projet SMart in Progress

P.-S.

La version NL du compte-rendu sera postée tout bientôt.

L’ordre du jour de la prochaine réunion sera postée sur le blog tout bientôt également.

Ce compte-rendu a été rédigé avec la bande-son : Au Pays d’Alice, par Ibrahim Maalouf et Oxmo Puccino (à écouter ici : https://www.youtube.com/watch?v=oBIC8LV5tZo)

Nombre de visites:

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ? Se connecter
Votre message
Mots-clés :

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document