SMart BE
Accès direct au contenu Accès direct à la navigation

Avec l’idée de lancer un audit des services existants pour qu’on puisse dans les six mois dresser une cartographie de ce qui existe avec une appréciation qualitative.

Une enquête a déjà été menée en juin 2015 auprès des membres sur les grands types de service. Une des questions posées était : « Quels sont les services de SMart que vous souhaiteriez voir renforcer ? (Plusieurs réponses possibles). Nous indiquons les taux obtenus en regard des services

1. Gestion administrative et financière : 50 %

2. Conseil et information : 53 %

3. Accompagnementjuridique : 46 %

4. Outils financiers (avances de trésorerie, leasing…) : 47 %

5. Mise à disposition des biens mutualisés (vans, bureaux, ateliers partagés…) : 48,9 %

6. Défense et représentation des intérêts des membres : 56,5 %

7. Mise en réseau etanimation de la communauté : 44,1 %

8 Aides à la mobilité internationale :n 38,7 %

1er moment : La plainte . Problèmes dans la gestion administrative

la charge administrative, dans la gestion des contrats et des notes de frais est plus lourde que si on était indépendant.

bon de commande qu’il faut renvoyer à son client puis à son conseiller

Nouveau système pour la note de frais plus compliqué qu’avant. Trop de risques de pertes des encodages déjà effectués. Nécessité de pouvoir sauvegarder des brouillons.

Difficulté d’assurer le suivi de ce qu’on fait. Ex : pas le nom du salarié sur el contrat des gens, juste un n° ==) il faut ouvrir tous les doc pour savoir de quoi il s’agit.

Informatique peu intuitive

Manque de souplesse dans la déclaration des prestations par rapport à la réalité du travail effectué (on ne peut pas déclarer un jour de travail pour une consultation d’une ½ h. au téléphone, ou un contrat de maintenance de 15 € par mois.)

Manque de communication préalable sur les changements dans les outils. Couac du 1er janvier dernier pour l’encodage des notes de frais de 2014, obligatoirement reportées en 2015.

Un DO regrette que le système soit trop peu accessible pour les gens maléquipés en informatique (qui n’ont pas de scan) ==) lui se déplace pour faire signer les contrats.

Ma voiture est un instrument de travail. Les frais que je peux me rembourser sont trop réduits. S’il existe chez Smart un barème de frais camionnettes, il est impossible à trouver.

Quelques réponses :

- Information émanant de SMart : Le bon de commande va être informatisé. La transmission se fera par simple mail. Le client n’aura qu’à accepter ou refuser.

- Réaction d’un participant : Pour simplifier sa vie administrativement, on peut concentrer toutes les factures d’un client sur une seule journée.

2e moment : les motifs de satisfaction

Un DO se sent bien accompagné au niveau des services. Il note une amélioration dans la compétence des personnes auxquelles il s’adresse. Estime être rapidement et convenablement aiguillé

A bien bénéficié d’un accord, pour les anciens contrats, lui permettant de payer à 90 jours.Avantage de trésorerie précieux, car pour cet organisateur d’événement, les dépenses se concentrent fortement sur de courtes périodes. Savoir que SMart paie ses membres dans les9 jours donne un confort moral.

Mais le problème de trésorerie se déporte alors chez Smart.

La sécurité qu’offre SMart permet à un membre décorateur de passer unesemaine de temps en temps à ne bidouiller que pour lui (en lissant les salaires sur les périodes non lucratives)

3e moment : la plainte - une question qui renvoie au modèle économique

La charge administrative qui est facturée est excessive par rapport au travail administratif réel. Il faudrait plafonner à un certain moment. Ou proposer d’autres service pour les gens qui dépassent 50 000 euros de rentrée (1 ETP)

On trouve moins cher que Smart sur le marché pour le secrétariat social.

Le membre n’est pas suffisamment averti que, passé un certain montant, il y perd en restant chez smart si ses rentrées augmentent.

On pourrait imaginer plus de services à la carte

En se faisant l’avocat du diable, avec une asbl, les frais de comptable reviendraient à 1500euros par an, pas à 3000 ou 4000 (avec les 6,5 % de Smart).
Devoir compter ces % sur du matériel qu’on achète ou sur une note de frais pose problème par rapport aux clients. On passe pour malhonnête, on doit flouter.

Quelques réponses :

Il arrive que de smembres préfèrent le statut d’indépendant à un certain stade de leur carrière. Cela fait partie de la liberté des membres.

L’indépendant ou l’entreprise calculent aussi des frais administratifs ou le temps passé à acheter des marchandises

=) mieux armer les membres pour ce type d’argumentation

Ce taux de 6.5% a aussi sa raison d’être dans un esprit mutuelliste :

- finance le fonds de garantie : on est payé même si le client ne paie pas

- mutualisation de services et de défense des membres

- Le modèle repose sur de la solidarité. Exemple français d’un paysager qui a sa SPRL. Quand il a rencontré le modèle des coopératives d’activité et d’emploi, il a liquidé sa sociéte pcq il avait besoin du collectif.

4e moment : un type de service à développer : le réseautage, la facilitation de partenariats

- Echange de bonnes pratiques : les membres expérimentés pourraient coacher les plus jeunes.

- Accompagnement de la croissance, avec des services spécifiques pour des membres qui dépassent un certain chiffre d’affaires ?

- Soutien dans le développement commercial. Exemple : une membre travaille beaucoup avec des budgets européens. A besoin de trois partenaires européens. Comment Smart pourrait-il aider à trouver des partenaires à l’étranger ?

- Aide dans la recherche de partenariats : ne pas rester seul, trouver quelqu’un avec qui je puisse travailler, en synergie et complémentarité

- Suggestion d’un annuaire des entrepreneurs ? D’une banque de données européenne.

- Meilleure utilisation de la base de données belge. Souci avec SMart Agora : pas une base de donnés fiable

- On ne voit pas ce que les membres de SMart font de bien ; Il faudrait que SMart ait un « wall of fames “ (mur des réputations épinglant les réussites notables de membres) 

- Faire un groupe SMart sur FBook ? Mais liberté des membres == accepteraient-ils tous de voir le logo de SMart à côté de leur nom ?

- Pour le réseautage : possibilité de faire tous les six mois de grosses réunions avec des gens de diverses disciplines, et des tables de 3-4 personnes. On passe de table en table, on a chaque fois quelques minutes pour présenter ce qu’on cherche.

- Le réseau ne sert pas qu’à se chercher du travail : il peut servir également à des échanges gratuits de service. Cf. l’exemple de Do not ityourself

5e moment : la plainte. Manque d’information

On n’est pas suffisamment au courant des services de Smart. il faudrait une brochure de présentation de l’ensemble des services disponibles.

Un membre dit qu’il est passé par SMart sans avoir les séances d’info, juste parce que son DO faisait des contrats smart.

6e moment : un type de services à développer : des outils de micro entreprises

Envisager la possibilité de transformer l’activité en micro-entreprise

Réfléchir à des outils utiles pour la gestion si on fonctionne en micro-entreprise

Une carte de banque à son nom pour son activité smart ?

Possibilité d’envisager des activités transfrontalières et européennes

7e moment : Discussion sur les objectifs :

Jusqu’où Smart doit-il développer des services ? Est-ce à lui de les développer ? Le type de réponse est conditionné par l’objectif choisi pour le coopérative :

- Si coopérative d’emploi, alors tout doit converger vers la création emploi. On doit avoir accès à des listes de membres, à des formations, comme ça fonctionne à Job yourself(http://www.jyb.be/). On doit transformer son activité en emploi

- Si coopérative d’activités : on doit se centrer sur la recherche de clients. Certains services actuels deviennent inutiles.

Si la discussion porte sur les services, la question « certains services doivent-ils être abandonnés ou pas » doit être posée.

Exemples :

la location des vans ne pourrait-elle pas être traitée en externe ?

Une centrale d’achats aurait-elle du sens ? (Mais un membre affirme qu’en citant SMart, on a des réductions partout.)

- Le workshop a-t-il pu aboutir à un consensus sur ces questions ? Si oui, et pour chacune des questions, lequel ? A la lumière de quel(s) argument(s) décisif(s) ce consensus a-t-il été rendu possible ? (exemples à l’appui) / Is de groep tot een consensus gekomen ? Voor welke vragen ?

A cette étape du travail, la question est sans doute prématurée.

Quelles sont les questions/points à reprendre lors de la prochaine réunion ? / Welke aandachtspunten ofvragen worden naar de volgende vergadering meegenomen ?

Une question pour notre prochaine réunion. Voir les autres réseaux qui existent et avec qui on pourrait faire du partenariat ?

SMart Agora et les outils en ligne quelles seraient les possibilités de développement de l’outil existant ?

Commencer la prochaine réunion par un témoignage de pratiques. Inviter les gens à présenter leurs services (Job your self ? Une pépinière d’entreprises ?...)

>Prochaine réunion : lundi 30/11, 18h00, CENTRE DANSAERT, rue d’Alost, 1000 Bruxelles.

</

P.-S.

>Prochaine réunion/volgende vergadering : lundi/maandag 30/11, 18:00, CENTRE DANSAERT, rue d’Alost, 1000 Bruxelles.

Nombre de visites:

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ? Se connecter
Votre message
Mots-clés :

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document