SMart BE
Accès direct au contenu Accès direct à la navigation

Quelles questions-clés se sont dégagées dans la thématique lors des débats du groupe de travail ?

Quel type de membre ? Faut-il limiter les profils ? Si oui, sur base de quels critères ?

Est-ce qu’il s’agirait plutôt des caractéristiques d’un métier exercé de manière autonome(passer simplement d’un client à l’autre ?). Autrement dit, Comment définir le « travailleur autonome » ?  

OU

Est-ce qu’il s’agit plutôt de nommer/lister directement les personnes concernées (plasticien, cuisinier,…) ?

En d’autres mots : Est-ce que c’est la manièred’organiserson travail ou est-ce plutôt lestyle qui doit être pris en compte ?(exemple : un cuisinier créatif).

Attention, il y a des porteurs de projets qui SOUHAITENT être autonomes et d’autres pour qui c’est une CONTRAINTE.

Lorsqu’on discute, on est d’accord pour ouvrir EXTRA LARGEà tous travailleurs,

OUI MAIS, quelques questions se posent :

Quid de l’aspect légal (assurances,…) ?

Quid de l’aspect éthique/moral ?

Quid de l’aspect psychologique/formation du membre ?

= 3 filtres à aborder :

Quid des assurances ?

En effet, la demande d’intégrer de nouveaux métiers chez Smart apparaît de plus en plus, dont notamment dans :

le secteur du bâtiment

le secteur de l’Horeca (quid du contrôle sanitaire ?) 

le secteur médical (limite difficile à établir) (exemple : SMart a accepté une personne qui fait de la reconstruction faciale) ;

le secteur des animaux (médical, gardiennage) ;

La question à se poser est :Quels sont les métiers quiconcrètementengageraient légalement une lourde responsabilité pour Smart ?

2ème filtre possible :L’aspect Ethique/Moral

Est-ce que toutes les professions sont acceptablesd’un point de vue éthique/moral ?

Quid d’une danseuse exotique, prostitution, actrice X ?

Quelles sont les limites ?Quid d’une personne en art plastique, danseuse, stripteaseuse ?Quid du dessinateur de charme ? Quelle est la limite entre artistique et politiquement correct ?

On peut aussi penser qu’on n’a pas à juger le projet en lui-même au moment où le membre travaille de manière autonome.Au moment où le porteur de projet travaille de manière autonome, peut-on juger ducontenu duprojet ?

On se dit qu’il est peut-être juste important qu’il puisse faire face à ces employeurs ? Est-ce qu’il sait défendre ses intérêts ? Ce serait donc, dans ce cas, juste unequestion de formation(voir plus bas, 3èmefiltre).

Et que penser des DO dans cette perspectiveéthique/morale ?

Quid des DO dont nous ne soutenons pas les valeurs (ex : Uber) ? On peut aller jusqu’à penser que certaines associations se retrouvent dans des situations similiaires (la subsidiation restrictive qui amène à payer au plus bas…).Quel rôle a SMart vis-à-vis de ces DO ?Un rôle informatif ? Restrictif ? Punitif ?

3ème filtre possible : Aspect psychologique/formation/accompagnement

Est-il important de tenir compte de la part d’autonomie du membre ? Sa capacité à mettre en place sa profession ? Doit parler de casting de l’individu ? Comment peut-on juger un projet ? Comment peut-on accompagner sur toute la carrière ? Les profils et les besoins sont différents selon le moment où on se trouve.

Remarques : Benoit (Smart FRet Grands Ensemble, coopérative d’activitéet d’emploi) signale qu’il y a 85 métierschez Grands Ensemble [1]. Il spécifie que l’accompagnement n’est pas spécialisé. Il n’est en effet pratiquement pas possible de rentrer dans chaque métier. L’accompagnement avec les porteurs de projet porte notamment sur les questions suivantes : Comment fixer le prix ? Comment structurer mon activité ? Est-ce qu’il peut nous permettre d’en vivre ? L’accompagnement est le même pour tous les métiers.Il fait remarquer que les entrepreneurs connaissentgénéralement les spécificités liées à un métier. Dans un accompagnement généraliste, ce sont les porteurs de projet qui connaissent eux-mêmes leur spécificité. C’est dans ce cadre que conseiller et porteur de projet travaillent ensemble.

Certaines structures sont spécifiquement subventionnées pour accompagner en profondeur les porteurs de projet. Il faut s’appuyer sur elles (collaborer, partenariats).

On mentionne qu’il est important d’ouvrir pour les entrepreneurs qui savent déjà mener un projet mais aussi pour ceux qui ont réellement besoin d’un soutien.

Le fait de filtrersur cette base-làfait peur.On considère que Smart doit toujours accueillir les plus fragiles. La question de viabilité n’est pas un critère. Il est important de mentionner que même ceux qui sont fragilisés payent leur part s’il y a un contrat.

On rappelle l’importance de la mutualisation : Si un secteur va bien et l’autre non, un équilibre se fera.

Quel est le point commun entre toutes ces personnes ? Comment vont-elles se sentir en lien ? Comment vont-elles travailler ensemble ? Comment vont-elles se (re)connaître ?

L’idée de Smart en tant que lieu de rencontre et de réseautage [2].

Comment créer un sentiment de solidarité et d’appartenance ?

Certains ont mentionné le besoin de sentir une solidarité comme lors du 30 juin 2015. Les gens ont en effet des particularités mais plus de place nulle part. Il serait donc intéressant de créer une solidarité en préservant la particularité des gens.

Désirde voir un lieu où on peut boire un coup.

En effet, des nouveaux métiers ou des professions plus isolées pourraient avoir des choses à se dire.

Dans ce sens, certains parlent du désir d’avoir des contacts. Comment rentrer en contact avec les autres personnes ? Désir de voir également apparaître une plateforme ou on regroupe les demandes et les offres.

Un conseiller Smart fait remarquer qu’il est difficile dans le quotidien de mettre les personnes en contact à cause d’un problème de timing. Comment cibler également au quotidien la bonne façon de faire rencontrer les gens ?

Ceux qui veulent faire communauté, c’est parce qu’ils ont un intérêt commun.

Il serait donc intéressant de trouver un format plus ouvert avec une communauté d’intérêt.

SMart est un grand groupe de personnes constitué de plusieurs communautés.

On parle aussi des valeurs 

Est-ce que ce sont les valeurs qui relient ? Parle-t-on de valeurs sociétales, philosophiques, politiques ?A-t-on besoin de valeurs convergentes ?

Quid d’une charte pour y inscrire nos valeurs ? Par exemple en prendre connaissance comme les conditions générales en cliquant sur OK.

On fait remarquer que ce n’est pas le statut qui crée l’adhésion. Les gens viennent car Smart offre un service utile. Smart rend en effet visible quelque chose d’invisible. Il vend des services efficaces. C’est parce que les gens ont bougé que les politiques les ont reconnu. Avant, il n’y avait que les statuts d’employé et d’indépendant.

Smart offre aussi un service qui facilite la vie. Il est intéressant de remarquer que les services publics font de plus en plus appel à notre structure.

Atout : Smart ne dépend pas de subside extérieur. Smart a donc une autonomie et une force de parole.

On tombe d’accord pour se dire que les valeurs ne doivent pas forcément être les mêmes pour tous mais qu’en tout cas, elles ne doivent pas être en opposition. Tous les projets ontde propos propres, des orientations spécifiques, des secteurs variés (marchands, non-marchands peu importe).

Le partage des valeurs ne passe pas par le statut. La coopérative ne rend pas coopérateur, le lien doit se passer ailleurs. Il y a un enjeu politique : réinventer un modèle de protection sociale – Faire société

SMart vend des services car son ambition est d’offrir un nouveau modèle de protection sociale.

La question se pose de savoir si c’est la communauté qui crée le discours ou est-ce que le discours (et les actions) qui stimule (et crée la communauté) ?

Doit-on avoir tout le monde derrière soi pour porter son discours politique ou est-ce que le nombre suffit ? Est-ce qu’on doit avoir le peuple avec soi ?

On se dit que de manière générale : si la loi formalise ce qui existe déjà, elle ne peut se passer des luttes.

On revient à l’importance de la charte qui permet de revendiquer collectivement.

Est-ce que le groupe a des requêtes spécifiques : intervention d’un expert, documentation, visite d’un projet,…. ?

Avant de répondre aux questions :« Avec qui ? Pour qui ? », de quelles informations/démarches a-t’on concrètement besoin d’entamer avant notre prochaine rencontre ?

  • Collecter des informations auprès de la personne qui s’occupe des assurances chez Smart(…) ;
  • Lister les nouveaux métiers qui se créent. Etablir un projet de nomenclature. (Héléne et Sophie pour SMart + Roland) ;
  • Lister les professions refusées chez Smart,connaître les raisons du refus (l’impact sur Smart)professions par profession(…) ;
  • Prendre connaissancedesautres modèles intermédiaires (Nadège) ;Dans ce sens, prendre connaissance des différents filtres fixés par ces structures – Etude comparative (Nadège) ;
  • Prendre connaissance des responsabilités et droits des coopérateurs (Benoit) ;
  • Relancer individuellement son réseau pour avoir plus de membres/DO présents lors de la prochaine rencontre (exemple : DO Belgium Event Supplier) (tous) ;
  • Prendre connaissance de la Charte actuelle de Smart (…) ;
  • Partager seslecturesclés (tous) ;

Les questions à se poser lors de la prochaine réunion :

  • Qu’est-ce qu’on entend par « travailleur autonome » ?
  • Quels sontconcrètementles métiers qui engageraient légalement une lourde responsabilité pour Smart ?(l’angle de vue est tourné sur l’intermédiaire/l’outil)
  • Au moment où le porteur de projet travaille de manière autonome, peut-on juger du contenu du projet ?(l’angle de vue est tourné sur le projet)
  • Au moment où le porteur de projet travaille de manière autonome, peut-on juger de la capacité de la personne à rendre son projet viable ?(l’angle de vue est tourné sur le porteur de projet)
  • Est-il utile d’établir une charte ? Si oui,quelle en serait le contenu ?
  • Quels types d’évènements/outils seraient adéquats pour créer solidarité et sentiment d’appartenance entre ces différents « travailleurs autonomes » ?

NL

Welke kernvragen onderscheidde de groep binnen het thema ?

Welk type van leden ? Kunnen bepaalde projecten niet ? Zo ja, op basis van welke criteria ?

Hoe kan men de autonome werknemers of de freelancersomschrijven ?

Of

Moeten we de verschillende beroepen oplijsten ?

Is het vooral de manier waarop men zijn werk/project organiseert of is de aard van het werk de gemeenschappelijke noemer ?

Men kan alle werknemers toelaten maar dan stellen er zich enkele vragen :

  • Quid over de legale omkadering ? (verzekeringen,….) ?
  • Quid over het morele/ethische aspect ?
  • Quid over het psychologische/trajectbegeleidende aspect van de leden ?

We identificiëren 3 filters :

Legale kader

Hoe zit het met de verzekeringen ?

Wekrijgen meer en meer vragen vanuit andere sectoren, om onze diensten te gebruiken, waaronder :

- de bouwsector

- de horeca

- de medische sector (een lid doet aan plastische chirurgie)

- verzorging/opvang voor dieren

De vraag die men zich moet stellenis : voor welke beroepen moet SMart een grote verantwoordelijkheid dragen ?

Ethische/morele kader

Kunnen we alle beroepen aanvaarden vanuit een ethisch en moreel kader ?

Quid met de striptease-danseressen, prostituées, porno-actrices ?

Wat zij de limieten ? Waar ligt de grens tussen politiek correct en artistiek ?

Een mogelijheid is om hier niet over te oordelen zolang de leden autonoom over hun opdrachten beschikken. Kunnen we dan oordelen over de inhoud van hun project ?

Kan het lid zijn plan trekken/zijnmannetje staan ten opzichte van zijn opdrachtgevers ? Heeft hij nood aan een opleiding ?

En hoe zit het dan met de opdrachtgevers ?

Hoe zit het met de opdrachtgevers met andere waarden ? (Uber bijvoorbeeld ?) Welke rol moet SMart hierin opnemen ? beperkend ? sanctionerend ?

Psychologische aspect, opleiding, omkadering en begeleiding ?

Moet men rekening houden met de autonomie van de leden ? Zijn capaciteiten om zijn project individueel op te starten ?Moeten we een introductiegesprek voorzien ? Hoe kunnen we oordelen over zijn project ? Hoe kunnen we hem begeleiden over het hele verloop van zijn carrière ?De profielen en noden zijn verschillend al naargelang het moment in zijn carrière.

Opmerkingen van Benoît (SMart FR en Grands Ensemble, activiteiten-en werknemerscoöperatieve ) : er zijn 85 verschillende beroepen gelinkt aan Grands Ensemble. We bieden geen begeleiding op maat aan. De algemene omkadering gaat over het aanbieden van opleidingen zoals : hoe bepaalt men zijn prijs ? hoe structureer ik mijn project ? Kan ik leven van mijn activiteit ?De begeleiding is dezelfde voor alle projecten.De ondernemers kennen hun sector het best en zijn op de hoogte van de specificiteiten. Dit is bij ons het kader waar de adviesverlener en de ondernemer samenwerken.

Bepaalde structuren worden gesubsidieerd om de inhoudelijke begeleiding te realiseren. Menmoet beroep doen op hen. Ze bestaan voor ondernemers met ervaring en starters.

Men gaat er soms te snel van uit dat SMart leden met een fragiel project begeleidt.Het criterium of een project wel leefbaar is wordt niet gesteld. Iedereen betaalt tenslottezijn deel bij de aangifte van werk en dus mag dat criterium geen handleiding worden bij de begeleiding van projecten.

Wat is de gemeenschappelijke basis tussen al deze leden ? Hoe kunnen ze gelinkt worden ? Samenwerken ?

SMart is een ontmoetings-en netwerkplek.

Hoe kunnen we dat community-en solidariteitsgevoel uitbouwen ?

Op 30 juni werd er beantwoord aan een nood om zijn gelijken te vinden, ondanks de individuele kenmerken van de leden. Leden met een minder brede vertegenwoordiging zouden ons nieuweperspectieven en noden kunnen bijbrengen.

Sommigen geven de nood aan om contacten uit te bouwen.Waar vinden we jobs en opdrachten ?

Hoe kunnen we dat netwerkaspect in onze dagelijkse praktijk faciliteren ?

Diegenen die een netwerk willen uitbouwen,hebben gedeelde noden met anderen.

Zijn er bepaalde waarden die mensen linken ?

Kunnen we een charter opstellen dat onze waarden beschrijft ? Waarvan men bijvoorbeeld akte neemt zoals de algemene voorwaarden bij een bestelbon of contract ?

SMart heeft een lange weg afgelegd om de zaken in positieve zin te veranderen voor de freelancers.SMart heeft bepaalde aspecten gefaciliteerd. Publieke overheden doen meer en meer beroep op onze structuur.

SMart is niet afhankelijk van subsidies en kan haar onafhankelijkheid en vertegenwoordiging uitspelen.

Men gaat akkoord dat de waarden niet dezelfde moeten zijn maar wel niet tegengesteld. Elk project heeft andere aspiraties (commercieel, niet-commercieel, …). Politieke lobbying : een nieuw model van sociale zekerheid

Is het de bedoeling dat SMart een nieuw model van sociale zekerheid voorstelt ?

Is het het terrein dat het discours maakt en vormt of bepaalt het discours en de acties het terrein ?

Hoe kan men de vertegenwoordiging legitimeren ? Hoeveel mensen moetmen bereiken om representatief te zijn ?

Men haalt het principe van het charter weer aan.

Heeft de groep een specifieke vraag : documentatie, uitnodigen van een deskundige, bezoek aan een project,… ?

Alvorens een antwoord te formuleren op de vraag : « met wie en voor wie ? » hebben we nood aan informatie voor onze volgende vergadering :

  • Informatie inwinnen over de verzekeringen die via SMart zijn afgesloten. 
  • De nieuwe beroepen oplijsten. (Héléne enSophie voor SMart + Roland)
  • De lijst van geweigerde beroepen/activiteiten bij SMart + argumenten
  • Wie zijn de andere interrmediaire structuren en hoe gaan ze te werk en welke criteria hanteren zij ? (Nadège),
  • Rechten en plichten van de coöperanten (Benoît)
  • Iedereen spreekt zijn netwerk aan om meer leden en opdrachtgevers te betrekken.
  • Het bestaande charter van SMart herlezen.
  • Delen van de bibliografie

Welke vragen komen volgende keer aan bod ?

  • Wat verstaat men onder individuele/autonome werker ?
  • Voor welke beroepen draagt SMart een zware verantwoordelijkheid ?
  • Kan de inhoud van een project een criterium zijn voor SMart ?
  • Kan de uitwerking van een project of de capaciteiten van een lid, een criterium zijn ?
  • Moeten we een charter opstellen ?
  • Welke evenementen zouden het community-en solidariteitsgevoel stimuleren ?

Présents

Date/Datum :22/10/2015

Lieu /Plaats :Dans les bureaux de Smart, rue EmileFéron, 70 à 1060 Saint-Gilles

Rédacteur/Redacteur : Véronique van der Wielen(Smart)

Présents /Aanwezigen :

Coordinateurs de groupe et administrateurs référents :

Sophie Bodarwé–Chargée de Développement Territorial - Smart

Serge Goldwicht– Membre du conseil d’administration et plasticien

Employés Smart

AstridMarlière(Bxl)–ConseillèreSmart

HélèneDaheux(Bxl) –ConseillèreSmart

IngridIngelrahm(Bxl) – Comptable- Smart

BenoitLewyllie(Lille)–Directeur SMart France

Membres /Leden (nom & prénom – naam &voornaam) :

RolandPauwels(Anvers)– Artiste théâtre de rue, photographe, graphiste

MarieCarracedo(Liège)– Personnalisation de meubles chinés.

Donneurs d’ordre/Opdrachtgevers :

JacquesHanquet(Bxl)– Fournisseur de solutionsévénementielsetcommerciales

GregPascon(Liège)– Membre de l’ASBL « d’une certaine gaité » - Rédacteur en chef du Magazine C4 : Position de l’intermittence du chômage - « Comment à partir d’un public très différent, on peut construire une collectivité ? »

Partenaires/ Partners :

NadègeLorquet(Liège)– Etude sur les intermediaires du marché du travail (Thèse ULg)

TinaRoshdi(Bxl ?)–Volontaire chezAshoka

Greg(D’une Certaine Gaieté)est aussi partenaire sur Liège

P.-S.

Les discussions étaient fluides, constructiveset respectueuse. Le débat a bien été mené par Serge et Sophie.Il y avait une belle dynamique de groupe.

Comme dirait Serge :« On sent la vie. On sent quelque chose de vrai ».

La prochaine réunion du workshop est prévue le/ De groep heeft de volgendeworkshopvastgelegd op :lerésultat dudoodlesera communiqué par mail aux participantset transmis sur le forum

De discussies verliepen vlot en respectvol.Het debat werd goed geleid doorSerge en Sophie. Er ontstond een goede groepsdynamiek.

De groep heeft de volgende workshop vastgelegd op :check doodle en het forum.

Notes

[2Sujet abordé également dans le groupe sur la gouvernance.

Nombre de visites:

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ? Se connecter
Votre message
Mots-clés :

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document